Comment améliorer vos futurs CFP

Pour l’édition de Devoxx 2019, j’ai eu la chance d’avoir un golden ticket. Pour ceux qui se demandent ce que ce pass a de spécial : il permet de noter les propositions du CFP (Call For Paper). Devoxx propose 64 golden tickets en plus du jury. La voix de chaque golden ticket est donc moyennée à celles de tous les votants et la décision finale reste entre les mains du jury. Une proposition ayant une moyenne de 1,31 aura évidemment moins de chance d’être sélectionnée qu’une autre ayant une moyenne de 8,56. Chaque vote a donc son importance !

Je me doutais bien que cette tâche serait chronophage mais j’y voyais surtout l’opportunité, le temps d’une édition, d’apprendre à améliorer mes propositions à de futurs CFP. J’ai d’ailleurs soumis 2 sujets cette année et j’ai le plaisir de vous annoncer que l’un d’entre eux a été retenu ! Je vais donc partager avec vous ce que j’ai perçu comme des erreurs desservant les propositions des candidats. Il s’agit donc d’une réflexion personnelle et d’une vision qui n’est sans doute pas entièrement partagée par les personnes faisant partie de comités de sélection. J’espère que ces conseils aideront les personnes qui veulent se lancer en tant que speaker à améliorer leurs propositions et à augmenter leurs chances d’être choisi.

Relisez-vous

Il arrive à tout le monde de faire des fautes d’orthographe mais le mot cantique n’a pas la même signification que le mot quantique. Faire des fautes sur le sujet que l’on propose peut remettre en doute votre légitimité et votre connaissance du sujet.
Lorsque des mots manquent dans une phrase ou s’il existe des “TBD”, on peut également se demander si la personne est sérieuse dans sa démarche. Prenez le temps de vous relire. Relisez-vous et surtout faites-vous relire. Cela améliorera la qualité de votre proposition. Vous pouvez également vous relire à voix haute pour éviter des phrases trop longues ou une mauvaise ponctuation.

Evitez les jeux de mots

Mais également l’humour et les titres “click bait”. J’aurais pu appeler cet article : “Comment rater votre CFP de 12 manières différentes, la 3ème va vous étonner !”. Cet article aurait peut-être obtenu plus de vues mais mon but est avant tout de partager une expérience, autant la partager avec des gens qui ont envie de la connaître.
De mon point de vue, faire de l’humour, un jeu de mots ou avoir un titre “click bait” peut vous desservir. Ce n’est pas en prenant un axe humoristique que vous arriverez à vous différencier positivement (sachez que les mêmes jeux de mots reviennent souvent). Gardez en tête que les personnes qui vont devoir juger votre sujet en ont plus de 1000 autres à noter. Faire une bonne première impression est donc primordiale. Si la conférence et le sujet se prête à un ton humoristique, allez-y mais je vous conseille d’avoir déjà un peu d’expérience en tant que speaker.

NE NOUS CRIEZ PAS DESSUS ON NE VOUS A RIEN FAIT !

Vous vous sentez agressé lorsque vous lisez un texte écrit en majuscules ? Dites-vous que c’est certainement un sentiment partagé par tous les autres lecteurs. Certains CFP permettent d’ajouter quelques formatages de texte ou acceptent le markdown. Ce n’est pas une raison pour tous les utiliser. Restez simple !
Pour faciliter une lecture rapide, vous pouvez mettre quelques mots en gras, souligné ou italique. Inutile d’utiliser des polices taille 50, des majuscules ou des polices illisibles. Chaque CFP reçoit des centaines de propositions qui doivent être évaluées rapidement. Certains vont lire attentivement votre proposition, mais d’autres n’y passeront que quelques secondes. Mettez donc les chances de votre côté en essayant de donner envie au lecteur.

N’attendez pas le dernier jour

Chaque CFP reçoit des centaines de propositions. Lorsque vous soumettez votre sujet en début de CFP, vous aurez plus de chance de pouvoir communiquer avec le comité. Avoir des retours et des remarques vous permettront d’améliorer votre proposition et le message que vous voulez faire passer. Ainsi vous augmenterez vos chances d’être sélectionné.
Les sujets présentés en fin de CFP réduisent la possibilité d’échanges car énormément de sujets sont proposés les derniers jours. Le comité doit donc les traiter plus rapidement, ce qui leur laisse moins de temps pour chacun de ces sujets. Vous réduisez également les chances que votre sujet soit réévalué. Le comité ne prend pas toujours le temps de relire ou revoir un sujet spécialement les derniers jours du CFP.

Soignez votre présentation et vos qualifications

Les propositions ne sont pas anonymes la plupart du temps. Prenez le temps d’écrire une présentation courte qui résume votre parcours et pourquoi pas ce que vous aimez faire. Vous passerez peut-être du temps à l’écrire la première fois mais vous pourrez la réutiliser pour tous vos CFP (et supports de présentation). Ajoutez une photographie convenable et essayez également d’écrire le nom de votre société correctement : certains speakers de la même société ne l’écrivent pas tous de la même manière.
De même, soignez la partie qualifications. Si vous ne prenez pas le temps de la remplir, cela peut laisser penser que vous n’avez pas d’expérience en tant que speaker. Cette expérience est prise en compte, elle permet de construire votre crédibilité : sachez vous vendre.

Choisissez bien votre format

Essayez de choisir le format le plus adapté à votre sujet ainsi qu’à votre expérience en tant que speaker. Si vous avez peu d’expérience en tant que speaker, privilégiez les formats courts (15 ou 30 min), car ils sont plus souvent attribués aux speakers ayant moins d’expérience. Etant donnée la durée de ces formats, il y est plus difficile de faire la présentation à plusieurs. Donc pour cette durée, privilégiez une présentation solo.
Si vous avez déjà un peu d’expérience, dirigez-vous vers les formats de type conférence : 45-55min. Les formats les plus longs (2-3h) type university ou hands-on-lab auront plus de chance d’être confiés à des speakers aguerris ou des personnes reconnues par la communauté sur le sujet.

Eviter la sur-proposition de sujet


Vous hésitez sur le format de votre proposition? Choisissez celui qui vous semble le plus approprié à votre sujet et à votre expérience et ajoutez un message pour le comité indiquant que vous êtes ouvert à un changement de format. Proposer le même sujet en 3 formats différents n’a pas d’intérêt. Vous allez faire des copier/coller et la différence de contenu entre les différentes propositions sera plus difficile à distinguer pour les lecteurs.
Vous vous intéressez à plein de sujets et voulez en proposer plusieurs ? Essayez de vous limiter à 2-3 sujets. Encore une fois, le comité reçoit des centaines de propositions, facilitez-leur la tâche.

Soyez cohérent

Essayez de rester cohérents avec vos propositions, ne proposez pas 1 sujet sur l’agilité, 1 sur le cloud, 1 sur le machine learning et 1 sur la sécurité. Les personnes maîtrisant plusieurs sujets sont rares. Vous risquez de passer pour quelqu’un qui s’y connait un peu sur tous ces sujets mais au final pas suffisamment sur chacun d’entre eux. Un speaker aura très rarement plusieurs propositions retenues. Concentrez-vous sur un sujet, quitte à le proposer sous différents angles, plutôt que de vous éparpiller.

Do you speak english?

Privilégiez d’abord la langue avec laquelle vous êtes le plus à l’aise. Il vaut mieux faire une présentation de bonne qualité en français plutôt qu’une présentation dans une langue que vous maîtrisez plus ou moins, avec un accent difficile à comprendre. Si vous êtes bilingue anglais, attendez d’avoir plus d’expérience en tant que speaker avant de faire une proposition dans cette langue, et surtout, entrainez-vous.
Au niveau de votre CFP, restez consistant : faites votre contenu (titre, texte, présentation, etc.) dans la langue que vous proposez !

Soyez clair

Réfléchissez bien à votre titre, il doit résumer votre présentation. Décrivez bien votre résumé et évitez de le remplir de buzz words, cela ne vous aidera pas. Si vous ne savez pas trop comment l’écrire, vous pouvez consulter les programmes des anciennes éditions de la conférence et vous inspirer des présentations qui vous plaisent.
Si votre talk est sélectionné, votre résumé apparaîtra sur le programme. Evitez donc de mettre des titres, sous titres, sommaire ou autres. Demandez-vous : si toutes les propositions étaient comme les vôtres, à quoi ressemblerait le programme ? C’est aussi pour cela qu’il est préférable d’éviter les emojis. Mettez-vous à la place des participants. Dites-vous qu’il faut les convaincre de venir vous voir. Faites simple, clair et intéressant.

Saisissez l’opportunité de parler au comité

Les CFP comportent souvent un espace permettant de transmettre un message au comité. Profitez-en pour aller plus loin dans votre pitch, montrez votre motivation, et expliquez en quoi votre approche est différente et meilleure. Si vous avez déjà été speaker ou auteur de publications sur ce sujet, profitez-en pour partager les liens, slides, vidéos… Si vous avez déjà un plan précis, donnez-le. Vous avez ici l’opportunité de vendre votre présentation et d’ouvrir la discussion avec le jury : saisissez-la !

Ne le prenez pas personnellement

Pour chaque CFP il y a énormément de refus. Si votre proposition n’est pas sélectionnée, ne le prenez pas personnellement. Cela ne veut pas dire que votre sujet est mauvais, que vous n’avez pas le niveau ou que le comité ne croit pas en vous. Cela veut juste dire que votre sujet et l’axe par lequel vous proposez de l’aborder a semblé moins pertinent pour le comité que d’autres propositions. Rappelez-vous que pour Devoxx 2019, les chiffres sont de 1025 propositions pour 245 talks. N’hésitez pas à demander un retour sur votre refus, les comités peuvent souvent vous proposer des axes d’amélioration et des critiques constructives. Cela vous permettra également d’apprendre de vos erreurs et de faire de meilleures propositions dans le futur.

Conclusion

Tous ces conseils sont issus de ma réflexion et de mon expérience. Certaines personnes faisant partie d’un comité n’auront sans doute pas le même point de vue. Suivez les conseils qui vous paraissent cohérents et qui vous parlent. J’espère qu’ils vous aideront à faire de meilleures propositions pour les prochains CFP et à être sélectionné !

Pour faciliter l’organisation de vos propositions, vous pouvez par exemple :

  • utiliser un outil comme evman.io, surtout utile si vous faites partie d’une entreprise ou d’un groupe qui participe souvent à des conférences et fait des propositions aux CFP
  • suivre des listes open source comme le projet https://github.com/lauthieb/awesome-cfp
  • suivre les comptes twitter des conférences que vous aimez : ils annoncent toujours l’ouverture de leur CFP !

Comme souvent, c’est en faisant quelque chose régulièrement que l’on s’améliore, proposez donc fréquemment des sujets à différents CFP. 😉

© SOAT
Toute reproduction interdite sans autorisation de l’auteur.

Nombre de vue : 309

AJOUTER UN COMMENTAIRE