Intermédiaire

Trouble Shuffle : le jeu agile des idées sens dessus dessous

Shuffling-cards-in-casino421Le Trouble Shuffle est un exercice permettant de générer des idées. Il peut être utilisé pour les étapes “Gather Data” et “Generate Insights” d’une rétrospective ou encore lors d’un brainstorming.
Les participants imaginent chacun une et une seule idée. On déstructure ensuite chacune des idées de l’assemblée et on tente d’en créer de nouvelles à partir des fragments issus de la déconstruction de celles d’origine.

Matériel

  • Des notes repositionnables (type Post-It) d’une seule couleur (au moins trois notes par personnes)
  • Un feutre par participant
  • Un tableau blanc
  • De quoi écrire sur le tableau blanc

Règles

  1. Silencieusement, chaque personne va imaginer une idée (ou penser à une problématique dans le cas des rétrospectives)
  2. Chaque participant va ensuite décomposer son idée de la façon suivante : [Un groupe nominal sujet], [un verbe à l’infinitif], [un complément – au singulier s’il y a lieu]. Par exemple, la phrase “les règles sont compliquées” sera décomposée en : “les règles” + “être” + “compliqué”. Si la phrase d’origine comprend une négation, celle-ci n’est pas retranscrite. Ainsi, la phrase “les règles ne sont pas compliquées” sera également décomposée en : “les règles” + “être” + “compliqué”.
  3. Les participants inscrivent chaque élément de la décomposition de leur idée sur une note repositionnable.
    shuffle
  4. L’animateur mélange les groupes nominaux entre eux, les verbes entre eux et les compléments entre eux, puis forme trois colonnes de notes repositionnables. Chacune reçoit une des catégories de mots.
  5. Procédez à un tour de table lors duquel chaque participant à son tour va tenter de reconstituer une idée. Chaque participant se voit attribuer un groupe nominal qui sera son point de départ (le plus simple est de lire la colonne des groupes nominaux dans l’ordre : la première personne utilisera le premier groupe nominal, la deuxième partira du groupe nominal suivant, etc.). A partir de ce groupe nominal les participants vont devoir reconstruire une idée en utilisant un verbe de la colonne des verbes (n’oubliez pas que ce verbe à l’infinitif peut être conjugué et qu’une négation peut lui être appliquée) et un complément de la colonne des compléments. Autant chaque groupe nominal ne sera utilisé qu’une fois, autant il est possible de choisir plusieurs fois le même verbe ou le même complément lors du tour de table.
  6. L’animateur note chacune de ces idées reconstituées.
  7. L’animateur reconstitue les idées de départ (avec l’aide de l’assemblée si nécessaire).
  8. Vous avez donc un ensemble d’idées d’origine sous forme de notes repositionnables et un ensemble de nouvelles idées issu de la déstructuration/reconstruction.

Remarques : vous pouvez utiliser trois types de notes repositionnables afin de donner, par exemple, un code couleur à vos colonnes. Vous pouvez mettre des numéros au dos des notes afin de reconstituer les phrases plus facilement en étape 7. Pour que les phrases ne soient pas trop simples à retrouver en étape 5, demandez à tous les participants d’écrire en lettres capitales. L’animateur peut aussi recopier l’ensemble des notes afin de n’avoir qu’une seule écriture pour tous les mots. Evitez également le plus possible les verbes être et avoir (voire bannissez-les) : cela ajoutera de la diversité à vos idées générées.

Exemple

bty

Le tableau ci-dessus a été obtenu lors d’une rétrospective (fictive), en mélangeant l’ensemble des groupes nominaux issus des idées de l’assemblée, puis en mélangeant les verbes entre eux, ainsi que les compléments entre eux.
Dans notre exemple, la première personne à devoir reconstruire une idée doit utiliser le groupe nominal [US]. Elle forme alors la phrase suivante : [LES US] [NE SONT PAS] [CLAIRES]
La deuxième personne part du sujet [EQUIPE] et propose la phrase suivante : [L’EQUIPE] [NE TRAVAILLE PAS] [SUFISSAMMENT]
Quand les quatre participants ont proposé une phrase, on reconstitue les idées d’origine.

bty

En réalité, les phrases étaient les suivantes :

  • Les US ne sont pas découpées suffisamment
  • L’équipe ne connaît pas Scrum
  • Les rôles ne sont pas clairs
  • Le PO travaille trop

Avec les phrases générées, on voit que cette équipe a de vraies difficultés avec ses User Stories et que le problème sur la définition des rôles semble partagé.

Conclusion

Utilisé en brainstorming, le Trouble Shuffle permet de générer de nombreuses idées à partir d’un matériau de base assez restreint (une idée par personne). Tandis qu’en rétrospective, il permet de mettre en avant certains problèmes importants et de vérifier que les difficultés sont bien partagées par l’ensemble des participants.

© SOAT
Toute reproduction interdite sans autorisation de la société SOAT

Nombre de vue : 964

AJOUTER UN COMMENTAIRE