Débutant Intermédiaire

Rétrospective, vis ma vie de membre de l’équipe

La rétrospective est un des piliers de la philosophie Agile. Pourtant, elle est souvent mise en place pendant un temps avant d’être progressivement abandonnée. Pour éviter cela, il est indispensable de renouveler le format de cette cérémonie et de l’adapter en permanence aux besoins de l’équipe. Il existe différents formats en fonction de la taille de l’équipe, de son ancienneté et des problèmes qu’elle rencontre éventuellement.

 

 

Le format que nous allons aborder ici concerne plutôt des équipes de taille réduite, avec des rôles hétérogènes et qui rencontrent des difficultés de compréhension ou de communication. Ce format de rétrospective permet d’inviter chacun à se mettre à la place d’un autre membre de l’équipe et de se rendre compte par lui-même des difficultés inhérentes à ce rôle.

Mise en place

La mise en place est simple. Le matériel nécessaire se limite à 2 post-its rouges (ou roses, plus courant) et 2 post-its verts par membre de l’équipe. La couleur n’est pas indispensable mais elle facilite la compréhension. Un paper-board et son marqueur seront pratiques, même si un simple cahier peut suffire.

Concernant la disposition des membres de l’équipe autour de la table, le Scrum Master doit veiller à bien mélanger les rôles des membres de son équipe. En effet, afin que l’exercice prenne tout son sens, il est primordial d’éviter de laisser par exemple tous les développeurs web les uns à côté des autres. Ceci étant aussi valable pour les différents rôles de l’équipe concernée. Ainsi, il faut placer les rôles en les alternant autour de la table. Nous verrons plus loin l’intérêt de cette contrainte.

C’est tout ! Cette rétrospective se prépare très facilement.

Déroulement

Ecriture des idées

Le Scrum Master va distribuer à chaque membre de l’équipe ses 2 post-its rouges et ses 2 post-its verts. S’il n’y a pas de code couleur, chacun écrira un signe + sur 2 d’entre eux, et un signe – sur les 2 autres.

Suite à cela, le Scrum Master demandera à chaque participant d’écrire une idée par post-it, en plaçant les éléments positifs à ses yeux sur un post-it vert, et les éléments négatifs à ses yeux sur un post-it rouge. Il précisera la consigne suivante : chaque idée ne peut être formulée qu’avec un ou deux mots au maximum. Les symboles ou petits dessins comptent pour un mot. Cette contrainte est importante. L’animateur veillera à ce que cette étape reste brève.

Echange des post-its

Une étape très brève qui consiste simplement à donner ses 2 post-its verts à son voisin de droite, et ses 2 post-its rouges à son voisin de gauche. C’est tout.

Ainsi, tous les post-its rouges se décalent d’une personne dans le sens des aiguilles d’une montre, les verts dans le sens inverse. Chaque membre de l’équipe se retrouve à nouveau avec 2 post-it de chaque couleur, provenant de ses voisins directs.

tumblr_inline_mkhv494s5i1qz4rgptumblr_inline_mkhv6pZPKT1qz4rgp

Vis ma vie ! Et je te donne ma note

Chacun son tour les membres vont choisir un de leur nouveau post-it, en indiquer l’auteur à l’assemblée, lire à voix haute les 2 mots et tenter d’expliquer ce que l’auteur a souhaité exprimer comme point positif ou négatif.

L’auteur ne doit pas intervenir avant la fin de l’explication ! Mais seulement à la fin, en affirmant ce qui vient d’être dit ou en présentant son idée d’origine. En fin d’échange, l’auteur donne une note sur 5 sur la cohérence entre son idée et l’explication que son voisin en a faite. L’animateur notera le score sur son cahier ou sur le paperboard.

On continue ensuite avec un nouvel orateur présentant un de ses nouveaux post-its écrit par un de ses voisin.

Echanges des rouges et mise de côté des verts

Une fois que chacun a exposé ses 4 post-its, les post-its verts sont écartés et les post-its rouges changent à nouveau de main. Chacun donne ses 2 post-its rouges à son voisin de gauche. Les rouges continuent donc de tourner dans le sens horaire et chaque participant se retrouve avec 2 nouveaux post-its rouges.

Génération d’idées

A son tour, chaque membre de l’équipe reprend la parole, relit un de ses post-it et propose une idée pour que ce point ne soit plus un élément négatif. Du plus farfelu au plus concret, selon la nature du point rédigé sur le post-it, toutes les idées sont permises. L’assemblée peut également apporter sa contribution après avoir laissé le porteur du post-it s’exprimer complètement.

Conclusion

Enseignements

Comment interpréter les résultats ? Déjà, faites la moyenne des notes données à chaque post-it rouge ou vert. La moyenne vous donne une note sur 5 de la connaissance des membres de votre équipe vis à vis des membres possédant un autre rôle que le leur. Vous pouvez également faire la moyenne pour les rouges et pour les verts avec les conclusions qui s’imposent.

Ensuite, débriefez avec l’équipe sur ce qui a été facile à deviner et ce qui a été plus difficile à décrypter. D’où l’intérêt de n’écrire qu’un ou 2 mots. Les points de difficultés sont des choses qui tiennent à coeur aux uns et qui ne sont pas compris des autres. Cette rétrospective doit vous donner l’occasion d’échanger sur ces sujets-là, pour améliorer la cohésion de votre équipe hétérogène.

Bonne pratique

Une bonne pratique consiste à garder les post-its pour les afficher sur le board de l’équipe, en ajoutant sur chacun une brève explication ainsi que l’idée d’amélioration associée à chaque post-it rouge. Le souvenir collectif que générera cette communication visuelle sera plus persistant tout au long du sprint. Cela renforce ainsi l’efficacité de l’équipe dans son processus d’amélioration continue.

Crédit

Ce format de rétrospective s’inspire du livre “Agile Retrospectives – Making Good Teams Great” de Esther Derby, Diana Larsen et Ken Schwaber, paru le 4 août 2006.  Il a été décrit par Marc Nazarian sur le blog de la Scrum Alliance, visible ici : https://www.scrumalliance.org/community/articles/2013/february/iteration-retrospective-activity-turn-the-tables

Bonnes rétrospectives à tous !

Nombre de vue : 224

AJOUTER UN COMMENTAIRE