[Agile Tour Rennes 2013] Le Guide du Routard 2013

logo Agile RennesLe 17 octobre 2013 avait lieu la 8ème édition de l’Agile Tour Rennes à laquelle j’ai eu l’honneur de participer en tant que speaker.

J’ai eu l’occasion, pendant cette journée de conférences d’assister à la session de Christophe Keromen traitant d’une dénommée Josiane et de son fabuleux/tortueux voyage au travers de l’agilité.

Josiane est un personnage fictif, représentant toutes ces personnes que les coachs et formateurs agiles croisent à un moment ou à un autre, et qui posent la question suivante : « Quelle méthodologie choisir ? »

Cette fameuse question, on se l’est tous posé à un moment où un autre, il existe un choix tellement vaste en même temps… Mais d’où viennent-elles ces méthodologies ? C’est bien gentil de parler de Scrum, de Kanban, de Scrumban, de Lean… mais où est la différence ? C’est cette question qui revient très (voire trop) souvent.

Il existe de nombreuses façons d’aborder le problème, et c’est lors d’un booksprint (session collective sur une durée limitée pour produire un livre) sur le thème de Lean et l’Agilité que Christophe et ses camarades y ont réfléchis.

Petite leçon d’histoire

guideroutard2013-001C’est en 2000 qu’Allister Cockburn a réuni les divers protagonistes qui ont rédigé le Manifeste Agile. A l’époque on ne parlait pas d’agilité mais de Lightweight Methods (comprendre méthodologies légères). L’idée est simple, les méthodologies existantes répondaient à des contextes figés qui s’éloignaient sans cesse de la réalité, il fallait donc s’en rapprocher en étant capable de réagir au changement.

On sait que Scrum et Kanban sont apparus plus tard, suite à l’application de principes nous venant de l’industrie japonaise. Seulement ces principes, ils viennent du Lean, développé à partir du Toyota Production System. Comme nous l’a montré Christophe, des grands noms de l’agilité ont dit que les méthodologies agiles étaient inspirées des préceptes Lean, dont notamment :

  • « Il y avait dès le départ une connexion entre Lean Manufacturing et le développement logiciel. De nombreux développeurs des diverses méthodologies agiles étaient influencés par les idées du management Lean. » Martin Fowler
  •  « Scrum est une application empirique de Lean. » Ken Schwather

Toujours au sujet de Lean, on notera deux grands concepts :

  • Le PDCA : Le cycle Plan – Do – Check – Act, rendu célèbre par le Dr W. E. Deming en 1986;
  • Le Kaizen : Fusion des termes Kai (le changement) et Zen (bon) afin de représenter la démarche et l’état d’esprit d’amélioration continue. De nombreuses méthodologies appliquent ce concept, dont Lean mais également Six Sigma et Kanban.

Lorsque les américains ont tenté d’appliquer Lean aux Etats-Unis, cela n’a pas fonctionné parce qu’ils n’avaient retenu que la partie visible de l’iceberg, la suppression du gaspillage. Beaucoup comprirent que pour augmenter la rentabilité, il fallait supprimer le gaspillage, ce qui signifiait réduire le nombre d’employés. Cette approche a eu de terribles résultats et n’était, évidemment, pas conforme à ce que faisaient les japonais. Lean est avant tout un état d’esprit dans lequel on recherche l’amélioration constante et où l’humain a une place importante. C’est pourquoi aujourd’hui on voit apparaître de plus en plus la version 2.0 de Lean, celle-ci étant beaucoup plus en accord avec la vision japonaise.

Christophe cite plusieurs grands noms, comme F. Brooks, Eiji Toyoda, Henry Ford, Taiichi Ohno mais également Socrate et Lao Tseu, indiquant que depuis de nombreuses années les principes agiles étaient connus. Le constat est simple, nous n’inventons pas grand-chose en agilité.

Nous sommes ensuite revenu sur les origines de Kanban et son créateur, David J. Anderson avec de nombreuses références à la keynote de ce dernier lors du Lean Kanban France 2013. Christophe résume Kanban comme l’agrégation de grands principes pris dans différents domaines (TPS avec les fiches cartonnées kanban, Lean…).

Les nouveautés

Tribal_leadership2

Si nous n’inventons pas grand-chose, il existe quand même un certain nombre de notions qui sont apparues récemment telles que le Tribal Leadership, le Management 2.0 ou même Kanban ! D’après Christophe, ces notions ne sont qu’un nom sur des concepts existants, et il était palpable pendant la session que la notion de marketing et de marché derrière chacun de ces concepts est très forte, tout comme la rivalité implicite entre les différents auteurs. Ceci dit, ces notions et méthodologies sont utiles et intéressantes, ça ne fait pas de doute, cependant, en creusant un peu, on remarque que la plupart existent déjà dans l’état d’esprit Lean…

Il est toutefois intéressant de voir comment chacun de ces outils est représenté par un ouvrage “culte”. En effet, la présentation accompagnant cette session est remplie de références à de nombreux ouvrages, tous étant, d’après Christophe, de très bons livres.

Pour conclure

Les talents d’orateur de Christophe ne sont plus à prouver et j’avoue être entré dans cette session sans aucune idée du contenu. Cette conférence était à la fois intéressante et rafraîchissante, permettant de replanter le contexte dans lequel tous les passionnés d’agilité évoluent aujourd’hui. On le dit souvent, l’agilité se base la grande majorité du temps sur le bon sens, et ce dernier existe depuis la nuit des temps !

Et Josiane dans tout ça ?

Josiane est perdue, elle ne sait pas quelle méthodologie choisir, et pour être honnête, on ne sait quoi lui répondre, tout simplement parce que nous sommes dans le même cas. A une heure où les outils et les méthodologies se multiplient, il devient de plus en plus difficile d’identifier exactement la problématique à laquelle chacun d’entre eux. De plus, la combinaison de ces outils, qui donne tant de souplesse et de potentiel à l’agilité, se complexifie tout autant.

Rappelons-nous cependant que toutes ces méthodologies, tous ces outils, ne sont que ça, des outils, chacun ayant une fonction et répondant à une problématique précise qu’il faut garder bien en vue. On lui répondra donc que ça dépendra du contexte, le plus dur étant de trouver l’outil le plus adapté et que c’est précisément la raison pour laquelle existent les coachs qui nous guident pendant ce voyage au travers de l’agilité.

Pour aller plus loin

Nombre de vue : 54

COMMENTAIRES 3 commentaires

  1. […] Retour par Vincent Uribe […]

  2. Olivier dit :

    “Individuals and interactions over processes and tools” – cette valeur reste applicable même si l’outil en question est la méthode elle-même !

AJOUTER UN COMMENTAIRE